L'échappée belle d'élèves étiquetés vulnérables : des bacheliers professionnels en CPGE

Publié le 23 septembre 2020

Cet article scientifique porte sur le parcours atypique de lycéens professionnels qui poursuivent leurs études en CPGE. Il souligne à quel point ces jeunes y associent leur entrée à une opportunité pour s’évader de la représentation négative du "bac pro" et s’affranchir de la ségrégation sociale souvent associée à cette voie de formation.

Cette recherche met en avant la dynamique positive et volontariste qui peut animer des élèves de LP. Elle vient bousculer les représentations communes et souvent stigmatisantes à l’égard de ces jeunes scolarisés en dehors de la voie générale socialement plus valorisée. Elle montre comment des bacheliers peuvent percevoir et contester les assignations scolaires et professionnelles qui sont faites à l’encontre de leur filière et souligne à quel point ces jeunes apprécient les opportunités de formation qui leur sont offertes.

Ainsi, on comprend mieux ce désir assez largement partagé parmi les lycéens professionnels de poursuivre leurs études en dehors de la filière qui leur est classiquement conseillée (les STS). Pourtant, une telle orientation vers des études longues reste le fait de quelques « rescapés de l’enseignement professionnel » et ce, alors qu’elle leur est souvent profitable en termes d’insertion professionnelle même sans avoir nécessairement validé un diplôme.

En s’inscrivant dans une CPGE, ces bacheliers professionnels "s’offrent une échappée belle qui s’apparente pour eux à une aventure qui en vaut le détour."

Consultez l'article de Carine Érard, Christine Guégnard et Magali Danner (IREDU – Université de Bourgogne) publié dans la revue Éducation et socialisation n° 57/2020.

Source : OpenEdition Journals