Pour différencier : individualiser ou personnaliser ?

Publié le 19 avril 2021

Pour lutter contre les inégalités sociales par des inégalités scolaires et pour tenter de faire face à la démocratisation de l’enseignement, diverses modalités d'organisation du travail des élèves en classe hétérogène ont été mises en place.

Cet article de Sylvain Connac propose une caractérisation de la démarche de différenciation pédagogique, avant d’en présenter les principales limites connues. Il s’intéresse ensuite aux pratiques d’individualisation des apprentissages et explique les différences qui existent avec celles de personnalisation.
Au-delà de ces considérations conceptuelles et organisationnelles, l'auteur interroge aussi les valeurs qui sous-tendent la question de la différenciation pédagogique : "... souhaite-t-on une école qui fait émerger une élite, en mesure de pouvoir tirer vers le haut le restant d’une population ou préfère-t-on plutôt parier sur l’élévation des masses par les progrès de chacun ? En d’autres termes, enseigner consiste-t-il à tendre vers de l’élitisme (pour les meilleurs) ou de l’excellence (pour tous) ? Le projet éducatif de la différenciation pédagogique et des démarches de personnalisation sont clairement orientés vers les finalités de progrès et d’excellence : au sein d’une classe, concevoir les différences comme une richesse, pour orienter la coopération entre élèves vers l’amélioration des apprentissages individuels, donner à tous alternativement la chance de ne pas se sentir seul face à la difficulté et, à d’autres moments, être considérés comme une personne-ressource capable d’apporter son aide. L’intention éducative serait ainsi de concevoir la difficulté plus, pour l’élève, comme un défi à surmonter que comme un état psychoaffectif qui soumet. Autrement dit, il s’agirait de ne pas assigner un élève à un statut d’être "en difficulté", mais d’enseigner à tous les résistances comme des signes d’un apprentissage en cours."
>> Consulter l'article de Sylvain Connac sur la différenciation pédagogique publié dans la revue Éducation et socialisation n° 59 (2021).

Source : OpenEdition Journals