Mixité sociale des collèges

Publié le 20 juillet 2022

En France, les collèges ont des compositions sociales très différentes, ce qui est régulièrement décrit comme un facteur renforçant les inégalités scolaires. Cette note de la DEPP dresse un état des lieux de la ségrégation sociale à la rentrée 2021 et rend compte de son hétérogénéité entre départements en matière de niveau et d'évolution. En effet, la ségrégation sociale n'est pas seulement liée aux politiques éducatives, mais intègre aussi celles du logement ainsi que les conséquences des mobilités géographiques des familles.

La note montre notamment que :

  • de fortes disparités de composition sociales existent au sein des secteurs public et privé et entre ces deux secteurs d'enseignement ;
  • la ségrégation est stable au niveau national, mais l'écart entre secteurs public et privé s'est creusé au bénéfice du secteur privé qui scolarise de plus en plus d'élèves de milieu favorisé ;
  • celle-ci est plus forte dans les départements les plus urbains ;
  • depuis 2014, la ségrégation a sensiblement diminué dans une vingtaine de départements situés majoritairement dans le Nord et l’Ouest. La ségrégation entre collèges publics y a baissé, et les écarts entre secteurs public et privé n’y ont pas augmenté. Inversement, dans une vingtaine de départements situés plutôt dans la moitié sud, la ségrégation a augmenté, avec une hausse marquée des écarts entre secteurs public et privé.

>> Consultez la note d'information n° 22.26 (juillet 2022).

Voir aussi la note d'information n° 22.25 relative aux mobilités résidentielles des élèves du premier degré, en collège et en seconde à la rentrée 2021.

 

Source : DEPP