Baccalauréat général et technologique (Bac GT)

Publié le 08 janvier 2021

Dans le cadre de la réforme du lycée qui se traduit par une individualisation du parcours de formation au travers des choix d’enseignements de spécialité et l’abandon des filières générales traditionnelles (économiques et sociale (ES), littéraire (L) et scientifique (S)), l’élève compose désormais des agencements de spécialités en fonction de son projet d’études  supérieures (Parcoursup).
De ce fait, le baccalauréat général et le baccalauréat technologique ont fait l'objet de transformations profondes dont entre autres :

  • la prise en compte du contrôle continu à hauteur de 40% ;  
  • l’augmentation du nombre d’épreuves distribuées tout au long du cycle terminal dès la  classe de première.

 De nombreuses épreuves de l’examen s’organisent désormais directement en établissement, dans le cadre d’une relative autonomie pédagogique et sous la responsabilité du chef d’établissement.
À noter que pour la voie technologique, si les filières demeurent, les modalités d’examen sont dans l’ensemble identiques à celle de la voie générale.
Consulter le diaporama de présentation globale du nouveau baccalauréat sur le site Éduscol. 

La fiche du film annuel

L'organisation des examens : une vigilance de tous les instants


L'organisation des examens est de la responsabilité du chef d'établissement. Celui-ci devient, pour cette occasion, le chef de centre et est investi de prérogatives particulières et ceci pour toutes les questions relatives aux épreuves et éventuellement les corrections qui se déroulent dans l'établissement scolaire.
Le chef de centre doit respecter et faire respecter un cadre, des règles et des délais rigoureux.

Nous rappelons ici les points essentiels :

  • effectuer un recueil des textes (se référer au vadémécum de l'académie ainsi qu'aux référentiels des filières). Cette action qui s’applique à tous les examens est ici d’autant plus importante au vu du nombre de spécialités qui entraînent des particularités de réglementation ;
  • réaliser un calendrier des opérations, concernant les modalités des examens préparés dans l'établissement (épreuves écrites, orales, pratiques et contrôle en cours de formation - CCF) ;
  • procéder à l'inscription des élèves, en se conformant aux dates et aux procédures. L’inscription des élèves scolarisés se fait par l'intermédiaire du lycée mais sous la responsabilité des candidats ou de leurs responsables légaux s'ils sont mineurs. La confirmation d’inscription signée doit être accompagnée d'une copie de la pièce d’identité ainsi que de la fiche de recensement ou de l'attestation de participation à la Journée Défense et Citoyenneté pour les lycéens de nationalité française. Comme pour Parcoursup, les élèves doivent désormais utiliser une adresse mail  personnelle valide pour créer leur  compte utilisateur dans l’application Cyclades ;
  • prévoir l’aménagement  des épreuves, dans l'idéal dès l'arrivée de l'élève au lycée, afin que les demandes  soient en cohérence avec l'aide apportée tout au long de la scolarité. Cela se traduit par différentes actions :
    • recensement des élèves pouvant bénéficier d’un aménagement d’épreuves en raison de difficultés de santé ou de handicap ainsi que les sportifs de haut niveau ;
    • instruction du dossier et collecte des pièces justificatives en fonction des calendriers académiques ;
    • réunions d’Équipe de Suivi et de Scolarisation (ESS), Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP), Projet d’Accueil Individualisé (PAI).
      Consulter à ce sujet :
      • l'essentiel des dispositions particulières et les conditions d'aménagement d'examen sur le site de l'ONISEP (Office national d'information sur les enseignements et les professions) ;
      • le bulletin officiel du 10 décembre 2020 qui donne des précisions pour les élèves en situation de handicap et en particulier  il fournit les formulaires nationaux ;
  • prendre en main les applications nationales liées à l'organisation et à la passation des examens.  Consulter la fiche "Applications nationales liées à la scolarité" ;
  • choisir les sujets des épreuves communes. Il  est effectué par l’équipe pédagogique à partir de la Banque Nationale des Sujets (BNS). Ils sont retenus et actés par le chef d’établissement. Il est recommandé de prévoir un sujet de secours et un sujet supplémentaire pour la session de rattrapage dédiée aux élèves absents.  
    Début décembre, le chef d’établissement donne l’accès à la BNS aux enseignants concernés par les épreuves  communes. Le choix des sujets qui  doivent pouvoir être traités par le candidat dans leur intégralité suppose  désormais une progression pédagogique commune. Sauf exception, il est préférable que les élèves du même établissement composent sur le même sujet et le même créneau horaire. Consulter des exemples de sujets sur le site Éduscol ;
  • convoquer ou diffuser les convocations au moins 8 jours avant le début des épreuves.
    Point de vigilance : lors de l’inscription à l’examen, les candidats ayant  échoué au baccalauréat peuvent conserver le bénéfice de certaines notes. Des mesures transitoires liées à la réforme du lycée sont mises en place (Cf : arrêté du 29 avril 2019) ;
  • prévoir l'organisation matérielle et humaine des épreuves (salles, commande des matériels et matériaux utiles, secrétariat d'examen, surveillance des salles, composition des jurys, etc.). La surveillance des épreuves est assurée prioritairement par les professeurs de l’établissement en évitant de désorganiser le fonctionnement pédagogique normal. Les convocations sont adressées dans les meilleurs délais. Les surveillances d’examen font partie des obligations réglementaires de service des enseignants et sont gérées, autant que faire se peut, de manière équitable ;
  • organiser la sécurité des supports de composition et leur éventuel transport vers les centres de correction.

Pour un détail précis des opérations, avant, pendant et après liées aux examens, consulter la boite à outils.
Le chef d’établissement doit anticiper autant que possible toutes les difficultés qui pourraient survenir au moment des épreuves (retardataires, absences d'élèves ou de surveillants, fraudes, défection de membres de jurys, oubli de matériel ou de convocation, etc.)  et prévoir  les réponses à ces aléas.
Les procédures devront être écrites, claires et traçables.

 Points particuliers

  • Veiller à bien prendre en considération l’ensemble des activités liées à l’examen (surveillance d’épreuve, correction de copies, participation au jury). Afin d’éviter toute contestation, il faut éviter qu’un professeur ne surveille ses élèves dans sa discipline ;
  • en l’absence de cadre réglementaire contraire, il est conseillé de prévoir 2 surveillants par salle notamment pour les épreuves finales.

Les épreuves du premier groupe

Le contrôle continu

Les notes inscrites aux bulletins scolaires de Première et de Terminale comptent pour 10% du Baccalauréat, les épreuves communes pour 30%.

Points particuliers
  • Veiller à ce que chaque bulletin soit complété entièrement, que les intitulés des matières correspondent bien aux modules élémentaires de formation (MEF ou intitulé officiel de la discipline) et que les groupes soient correctement définis ;
  • la remontée des notes dans Cyclades a lieu au mois de juin.

Épreuves communes de contrôle continu (E3C)

Consulter le diaporama de présentation sur le site Éduscol (pdf 107 Ko).

Calendrier des épreuves communes de première générale :

  • Janvier-février : Histoire-géographie-Langue vivante A et B
  • Mai-Juin : Histoire-géographie - Langue vivante A et B - Mathématiques- Enseignement scientifique - Spécialité non poursuivie en terminale.

Calendrier des épreuves communes de première technologique :

  • Janvier-février : Histoire-géographie Langue vivante  A et B - Mathématiques
  • Mai-Juin : Histoire-géographie - Langue vivante  A et B - Enseignement de Spécialité suivi uniquement en classe de première :
    • STMG (sciences de gestion et numérique) ;
    • STI2D (innovation technologique) ;
    • ST2S et STD2A (physique-chimie) ;
    • STL (biochimie-biologie) ;
    • STHR (enseignement scientifique alimentation-environnement ESAE en STHR) ;
    • S2TMD (économie et droit de l'environnement du spectacle vivant).

Calendrier des épreuves communes de terminale générale :

  • Avril-juin : Histoire-géographie - Langue vivante A et B - Enseignement scientifique - Épreuve d’expression orale Langue vivante  A et B (10mn).  

Calendrier des épreuves communes de terminale  technologique :

  • Avril-juin : Histoire-géographie - Langue vivante A et B - Mathématiques - Épreuve d’expression orale Langue vivante  A et B (10mn).   

Le calendrier des épreuves communes est fixé à l’initiative de chaque  établissement, discuté en conseil pédagogique puis adopté en conseil d’administration.   
À titre exceptionnel pour la session 2021, compte-tenu de la situation sanitaire, les épreuves communes de Première et de Terminale sont supprimées et remplacées par les moyennes annuelles figurant dans les bulletins scolaires des élèves.

L’application Santorin dédiée au traitement dématérialisé des copies permet la répartition de celles-ci entre correcteurs et le suivi de l’avancement des corrections. Le professeur ne doit pas corriger ses propres élèves, il est donc parfois nécessaire de mutualiser avec d’autres établissements.

Point particulier

Chercher à mettre au point une organisation d’examen qui permette à l’établissement de fonctionner le plus normalement possible (limiter autant que possible l'impact sur les niveaux non concernés par l'examen) tout en garantissant des conditions satisfaisantes de passation des épreuves.

Épreuves finales du baccalauréat

  • Une épreuve anticipée de français (EAF) écrite et orale en première (juin) ;
  • des épreuves d’éducation physique et sportive : contrôle en cours de formation (CCF) en terminale. Le protocole d’évaluation est proposé par l’équipe enseignante et validé par une commission académique. L’élève choisit 3 activités relevant de 3 champs d’apprentissage différents ;
  • 4 épreuves finales en terminale :
    • 2 épreuves de spécialité (mars) ;
    • 1 épreuve écrite de philosophie (juin) ;
    • 1 grand oral du Baccalauréat (juin) d’une durée de 20 mn. Cette épreuve est adossé aux enseignements de spécialité de terminale. Le jury est composé de deux professeurs dont au moins un enseignant de spécialité. L’épreuve se déroule en 3 temps :
      • 1)  présentation par l’élève de la question choisie par le jury prenant  appui sur l’une et/ou l’autre spécialité(s) : 5 mn ;
      • 2)  échange avec le jury sur la présentation de l’élève puis sur toute  question en lien avec le programme des deux spécialités suivies sur le cycle terminal : 10 mn ;
      • 3) présentation du parcours avenir de l'élève : 5 mn.

Consulter :


Les résultats sont publiés à l’issue des délibérations des jurys.
Un candidat admis au 1er groupe reçoit les mentions suivantes selon sa note moyenne :

  • Assez bien : moyenne supérieure ou égale à 12 et inférieure à 14 ;
  • Bien : moyenne supérieure ou égale à 14 et inférieure à 16 ;
  • Très Bien : moyenne supérieure ou égale à 16.

Session de remplacement de septembre

Un élève absent pour raison médicale sur une ou plusieurs épreuves est autorisé à sa demande expresse à composer de nouveau mi-septembre.

Les épreuves du second groupe

Le candidat qui n’a pas obtenu son examen lors des épreuves du premier groupe  est autorisé à passer les épreuves du second groupe si sa moyenne est comprise entre 8 et moins de 10/20.
Il doit choisir 2 disciplines parmi les épreuves finales écrites (français, enseignement(s) de spécialité suivi(s) en terminale et philosophie).
Ces épreuves sont orales.
Les résultats du second groupe sont publiés à l’issue des délibérations des jurys.
Un élève qui passe les épreuves du second groupe ou un candidat qui garde le bénéfice de notes d’une session antérieure ne pourra prétendre à l’obtention  d’une mention.

De la réussite au diplôme à la poursuite d’études

Le baccalauréat général et technologique, premier grade de diplomation de l’enseignement supérieur, conduit assez naturellement à une poursuite d’études en direction de trois voies principales :

  • la voie de la formation par l’université donne lieu à la délivrance de trois grades successifs : licence, master 1 puis master 2. Ces diplômes sont délivrés respectivement en trois, quatre ou cinq ans après la terminale. L’objectif est que les bacheliers généraux et technologiques obtiennent à minima une licence, d’où l’expression usitée de "bac-3/Bac+3" qui montre que le lycée est conçu comme devant conduire naturellement à une poursuite d’études. Consulter le document "Cadre opérationnel du continuum Bac -3 / Bac +3" (pdf 850 Ko) de l’académie de Dijon ;
    • la voie des instituts universitaires technologiques (IUT) qui donne lieu à la délivrance d’un diplôme d’université technologique (DUT) au bout des deux premières années après la terminale. Ce diplôme se transforme en bachelor universitaire de technologie (BUT). En intégrant un BUT, les étudiants bénéficient d’un parcours préparé en 3 ans, sans sélection supplémentaire pour atteindre le grade licence. Le diplôme est ainsi aligné sur les standards internationaux et facilite les échanges avec les universités étrangères. Consulter le la page dédiée aux bachelors universitaires de technologie sur le site de l’ONISEP ;
  • La voie des sections de technicien supérieur (STS) qui donne lieu à la délivrance d’un brevet de technicien supérieur (BTS) en deux ans après la terminale. Ce n’est pas la voie la plus "naturelle" pour les élèves de terminale générale et technologique, même si compte tenu du caractère fortement professionnalisant, cette voie est aujourd’hui relativement prisée. Consulter le fiche Brevet de technicien supérieur.

Textes officiels

Textes officiels en vigueur au 11 décembre 2020.

Consulter le document synthétique des textes officiels.

  • Décret n° 2020-721 du 13 juin 2020 relatif à l'organisation de l'examen du baccalauréat général et technologique de la session 2021 ;
  • arrêté du 22 juillet 2019 relatif à la nature et à la durée des épreuves terminales du baccalauréat général et du baccalauréat technologique à compter de la session de 2021 ;
  • arrêté du 28 juin 2019 modifiant l'arrêté du 21 décembre 2011 relatif aux modalités d'organisation du contrôle en cours de formation et de l'examen ponctuel terminal prévus pour l'éducation physique et sportive des baccalauréat général et technologique ;
  • arrêté du 16 juillet 2018 relatif aux épreuves du baccalauréat général à compter de la session de 2021 ;
  • note de service du 15 octobre 2019 sur les dispositions transitoires pour la demande d'aménagements aux conditions de passation des épreuves d'examen de la session 2021 du baccalauréat ;

Modalités d’évaluation des épreuves communes

Modalités d’évaluation des épreuves terminales

Boite à outils

Pour aller plus loin

Consulter le rapport remis à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des sports, "Faire du Grand oral un levier d’égalité des chances ; recommandations pour le Grand oral  du baccalauréat et l’enseignement de l’oral, de l’école maternelle au lycée " (juin2019, pdf 1,3 Mo) sur le site du ministère.

 

< Retour à l'accueil du Film annuel