Brevet de technicien supérieur (BTS)

Publié le 07 janvier 2021

Les sections de techniciens supérieurs (STS) sont pilotées par le ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et innovation (MESRI), bien qu’elles soient souvent localisées dans des établissements du second degré :

   - des lycées (professionnels ou généraux et technologique) publics, privés sous-contrat et hors contrat

   - des centres de formation d'apprentis (C.F.A.)

   - des centres de formation professionnelle continue

   - des établissements d'enseignement à distance, dont le centre de formation à distance (CNED).

Les étudiants suivent une formation de deux ans après le baccalauréat (professionnel ou général et technologique) et ont, le plus souvent, pour objectif d’entrer dans la vie active mais il arrive que certains poursuivent des études, notamment en licence professionnelle.

La fiche du film annuel

I. L'organisation des examens : une vigilance de tous les instants

L'organisation des examens est de la responsabilité du chef d'établissement. Celui-ci devient, pour cette occasion, le chef de centre et est investi de prérogatives particulières et ceci pour toutes les questions relatives aux épreuves et éventuellement corrections qui se déroulent dans l'établissement scolaire.
Le chef de centre doit respecter et faire respecter un cadre, des règles et des délais rigoureux.

Nous rappelons ici les points essentiels :

  • effectuer un recueil des textes (se référer au vadémécum de l'académie ainsi qu'aux référentiels des filières). Cette action qui s'applique à tous les examens est ici d'autant plus importante au vu du nombre de spécialités qui entraînent des particuliers de réglementation ;
  • réaliser un calendrier des opérations, concernant les modalités des examens préparés dans l'établissement (épreuves écrites, orales, pratiques et contrôle en cours de formation - CCF) ;
  • procéder à l'inscription des étudiants, en se conformant aux dates et aux procédures.
    Une vigilance particulière doit être accordée aux étudiants présentant des situations spécifiques (Étudiants à besoins particuliers, sportifs de haut niveau).
    Le bulletin officiel du 10 décembre 2020 donne des précisions pour les élèves en situation de handicap et en particulier il fournit les formulaires nationaux ;
  • prendre en main les applications nationales liées à l'organisation et à la passation des examens. Consulter la fiche "Applications nationales liées à la scolarité" ;
  • convoquer ou diffuser les convocations des épreuves ponctuelles et des CCF aux étudiants et aux professeurs concernés dans les délais impartis ;
  • prévoir l'organisation matérielle et humaine des épreuves (salles, commande des matériels et matériaux utiles, secrétariat d'examen, surveillance des salles, composition des jurys, etc.) ;
  • organiser la sécurité des supports de composition et leur éventuel transport vers les centres de correction qui peuvent être hors académie pour certaines spécialités.

Pour un détail précis des opérations, avant, pendant et après les épreuves, consulter la boîte à outils.

Le chef d’établissement doit anticiper autant que possible toutes les difficultés qui pourraient survenir au moment des épreuves (retardataires, absences d'étudiants ou de surveillants,  fraudes, défection de membres de jurys, oubli de matériel ou de convocation, etc.) et prévoir les réponses à ces aléas.
Les procédures devront être écrites, claires et traçables.
Elles pourront éventuellement être testées lors "d’épreuves blanches".

Point particulier

Les épreuves d’examen sont organisées par des académies pilotes. Chacune porte une ou plusieurs spécialités.
Ce sont donc les circulaires de ces académies qui encadrent la mise en place des examens, même si le cadre reste national (dates, modalités et nature des épreuves, coefficients).
Consulter le site de l’académie de Nantes pour connaitre la réparation territoriale de la session 2021.

II. L'organisation des épreuves de l'examen

Le règlement d’examen est ici particulièrement lié à la spécialité. Sachant qu’il existe plus d’une centaine de spécialités, réparties en 8 secteurs de métiers. Parfois les spécialités sont déclinées en option professionnelles et  il est donc particulièrement important de connaitre les référentiels.
Consulter la liste des référentiels sur le site du MESRI.
Lorsqu’il existe, le directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques (DDFPT) est le conseiller privilégié du chef d’établissement dans ce domaine.
Ces diplômes comportent en général peu d’épreuves ponctuelles terminales et les compétences sont le plus souvent évaluées en contrôle en cours de formation (CCF).

Les épreuves terminales évaluées en mode ponctuel écrit

Les étudiants de BTS industriels composent en contrôle ponctuel pour deux épreuves :

  • l’épreuve de Culture générale et expression est obligatoire pour l’ensemble des BTS. Elle comprend une partie de synthèse de documents et une autre d’écriture personnelle, le tout portant sur un thème au programme connu des candidats ;
  • l’épreuve de mathématiques est obligatoire pour l’ensemble des spécialités industrielles (près d’une soixantaine). En fonction du groupement du BTS, le sujet est différent, de même que la durée de l’épreuve.

Les étudiants de BTS tertiaires (consulter la liste sur le site de l’académie de Paris) composent en contrôle ponctuel pour des épreuves communes :

  • l’épreuve de Culture générale et expression est obligatoire pour l’ensemble des BTS. Elle comprend une partie de synthèse de documents et une autre d’écriture personnelle, le tout portant sur un thème au programme connu des candidats ;
  • l’épreuve de langue vivante étrangère A est obligatoire pour l’ensemble des BTS. Pour certaines spécialités, elle comporte à la fois une épreuve écrite et orale. Pour d’autres, il s’agit uniquement de l’un ou de l’autre.

Puis ils composent sur des épreuves spécifiques :

  • l’épreuve  d’économie-droit  ou de culture économique, juridique et managérial, selon la spécialité. Il s’agit d’un examen écrit ponctuel d’une durée de 4 heures, reposant sur une étude de cas d’entreprise ;
  • l’épreuve de management des entreprises concerne 8 spécialités de BTS tertiaires. Il s’agit d’un examen écrit ponctuel d’une durée de 3 heures, reposant sur une étude de cas d’entreprise.

Enfin ceux ayant choisi une seconde langue étrangère en option peuvent se présenter à une épreuve de langue vivante étrangère facultative. Il s’agit alors d’une interrogation orale.

Point particulier

  • En BTS industriel la langue vivante 1 obligatoire (l’anglais dans la grande majorité des BTS industriels) est évaluée lors de deux situations passées en CCF (épreuve E2) pour les candidats dits scolaires et des CFA habilités.

L’épreuve facultative commune à tous les étudiants : "l'engagement étudiant"

Il s’agit d’une épreuve orale de 20 minutes sans préparation.
Cette épreuve vise à identifier les compétences, connaissances et aptitudes acquises par le candidat et qui relèvent de celles prévues par le référentiel d'évaluation de la spécialité du diplôme pour laquelle le candidat demande sa reconnaissance engagement étudiant.
Consulter le site du ministère pour connaitre les modalités de l’unité facultative "engagement étudiant".

Les épreuves de l’enseignement professionnel

L’évaluation des compétences professionnelles déclinées en unités de formation très précises est organisée selon les modalités particulières de chaque référentiel de spécialité.
Ces compétences sont acquises à la fois en établissement scolaire ou centre de formation (par apprentissage ou continue) et au contact direct du monde professionnel lors des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP), qui peuvent parfois se dérouler à l’étranger.
La durée de ces PFMP varie de 8 à 24 semaines selon les formations.
Cette durée peut être réduite dans des conditions spécifiques (diplôme en un an) ou faire l'objet d'une dispense (Validation des acquis de l'expérience ou apprentissage).

Consulter la fiche :

L’évaluation des compétences professionnelles qui comportent toujours une évaluation sous le mode du CCF peut aussi donner lieu à des évaluations ponctuelles en cors de formation et éventuellement  en terminale.
La passation de l'examen peut aussi nécessiter, selon les spécialités, l'attestation de la période de formation en entreprise, un rapport de stage ou la constitution d'un dossier relatif à une expérience professionnelle. D'ailleurs et sauf exception, des professionnels en exercice sont sollicités pour participer aux jurys d'examen.

Point particulier

Les diplômes sont découpés en unités de certifications ou blocs de compétences (décret n° 2016-1037 du 18 juillet 2016). Celles-ci peuvent être obtenues de manière souple, progressive  et diversifiée. Entre autre, un étudiant pourra se voir attribuer des unités d'enseignement, même s'il n'obtient pas l'examen dans son entier. Cela implique qu’il n’y a pas d’épreuves du second groupe (dites "de rattrapage").

III. De la préparation du diplôme à une éventuelle poursuite d’études

Les étudiants de BTS, comme tous les étudiants, ont accès à l’ensemble des services et dispositifs mis en place par les organismes de l’enseignement supérieur. Ainsi, sous conditions ils peuvent prétendre aux bourses de l'enseignement supérieur, au logement du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) et au restaurant universitaire.

Si les BTS restent un moyen relativement rapide d'accéder à une qualification professionnelle, la réforme Licence-Master-Doctorat incite les titulaires de BTS, à l'issue d'une année équivalente à la licence 2, à poursuivre leurs études notamment jusqu'en licence professionnelle ou en diplôme de comptabilité et gestion  (Licence 3). L'obtention du brevet de technicien supérieur emporte l'acquisition de 120 crédits européens "European credit Transfer and accumulation system" (ECTS).

Cette orientation après le diplôme dépend beaucoup de l’origine des candidats qui peut se regrouper en trois types :

  • ceux issus de la formation initiale :
    • candidats de la voie scolaire (établissement public ou privé sous contrat) ;
    • candidats de la voie de l'apprentissage (centre de formation d'apprentis - CFA ou unité de formation par apprentissage des établissements scolaires) ;
  • ceux issus de la formation continue :
    • candidats de la formation professionnelle continue des centres de formation public (groupement d'établissements - GRETA) ou privé;
  • ceux dont la candidature est individuelle :
    • personne faisant valoir son droit  à la validation des acquis de l'expérience (VAE) ;
    • candidats libres : jeunes et adultes sortis ou non du système éducatif.

Textes officiels

Textes officiels en vigueur au 7 janvier 2021.

Code de l'éducation

Autres textes

  • Décret n° 2020-684 du 5 juin 2020 relatif aux modalités de délivrance du brevet de technicien supérieur en raison de l'épidémie de covid-19 ;
  • arrêté du 24 juillet 2015 fixant les conditions d'habilitation à mettre en œuvre le contrôle en cours de formation en vue de la délivrance du certificat d'aptitude professionnelle, du baccalauréat professionnel, du brevet professionnel, de la mention complémentaire, du brevet des métiers d'art et du brevet de technicien supérieur ;
  • arrêté du 24 juin 2005 fixant les conditions d'obtention de dispenses d'unités au brevet de technicien supérieur ;
  • circulaire n° 2016-133 du 4 octobre 2016 (pdf 185 Ko) : CAP, baccalauréat professionnel et BTS (modalités de délivrance des attestations reconnaissant l'acquisition de blocs de compétences) ;
  • circulaire n° 2011-072 du 3 mai 2011 (pdf 92 Ko) : conditions d'accès et de sortie des salles de composition et dispositions relatives aux fraudes (circulaire applicable aux examens de l'enseignement supérieur organisés par le recteur d'académie) ;
  • note de service du 10 novembre 2020 : calendrier 2021 du diplôme national du brevet, des baccalauréats, des certificats d'aptitude professionnelle, des brevets d'études professionnelles et du brevet de technicien ;
  • note de service n° 2019-166 du 20 novembre 2019 : calendrier 2020 du diplôme national du brevet, des baccalauréats, des certificats d'aptitude professionnelle, des brevets d'études professionnelles et du brevet de technicien ;
  • charte de déontologie du 4 avril 2012 (pdf 90 Ko) (cette charte s'adresse à tous les agents publics qui interviennent, à quelque niveau que ce soit, dans la conception des sujets ou l'organisation des examens terminaux, ainsi qu'aux membres des jurys) ;
  • charte nationale des examens du 15  janvier 2007 (cette charte et les textes cités portent essentiellement sur l'élaboration des sujets d'examens).

Pour aller plus loin

Consulter :

Boite à outils

  • Mises à part certaines dispositions spécifiques applicables aux BTS (notamment la gestion des épreuves longues, lors desquelles un repas est à prévoir), l'organisation temporelle des BTS est la même que celle des examens nationaux dans les établissements du 2nd degré.
  • trois fiches techniques permettent de comprendre l'organisation temporelle :

 

< Retour à l'accueil du Film annuel