Baccalauréats professionnels

Publié le 08 janvier 2021

Ces diplômes poursuivent deux finalités : acquérir la maîtrise de techniques professionnelles pour garantir l'insertion professionnelle et assurer des connaissances en enseignement général pour permettre la poursuite d'études.
Les baccalauréats professionnels sont préparés en trois ans après la troisième.
Les élèves entrent en seconde professionnelle dans une "famille de métiers" (14 au total) avant de se spécialiser ensuite dans l’une des 100 spécialités professionnelles.  
Chacune donne lieu à un règlement d’examen spécifique qui est maîtrisé par le directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques (DDFPT), conseiller incontournable du chef d’établissement en lycée professionnel.

À compter de la session 2021, une attestation de réussite délivrée par le chef d’établissement remplace l'obligation de présenter la certification intermédiaire du brevet d’études professionnelles (BEP).

La fiche du film annuel

L'organisation des examens : une vigilance de tous les instants

L'organisation des examens est de la responsabilité du chef d'établissement. Celui-ci devient, pour cette occasion, le chef de centre et est investi de prérogatives particulières et ceci pour toutes les questions relatives aux épreuves et éventuellement les corrections qui se déroulent dans l'établissement scolaire.
Le chef de centre doit respecter et faire respecter un cadre, des règles et des délais rigoureux.

Nous rappelons ici les points essentiels :

  • effectuer un recueil des textes (se référer au vadémécum de l'académie ainsi qu'aux référentiels des filières). Cette action qui s’applique à tous les examens est ici d’autant plus importante au vu du nombre de spécialités qui entraînent des particularités de réglementation ;
  • réaliser un calendrier des opérations, concernant les modalités des examens préparés dans l'établissement (épreuves écrites, orales, pratiques et contrôle en cours de formation - CCF) ;
  • procéder à l'inscription des élèves, en se conformant aux dates et aux procédures. Une vigilance particulière doit être accordée aux élèves présentant des situations spécifiques  (élèves à besoins particuliers, sportifs de haut niveau). Le bulletin officiel du 10 décembre 2020 donne des précisions pour les élèves en situation de handicap et, en particulier, il fournit les formulaires nationaux.
  • prendre en main les applications nationales liées à l'organisation et à la passation des examens. Consulter la fiche "Applications nationales liées à la scolarité" ;
  • convoquer ou diffuser les convocations des épreuves ponctuelles et des CCF aux élèves et aux professeurs concernés dans les délais impartis ;
  • prévoir l'organisation matérielle et humaine des épreuves (salles, commande des matériels et matériaux utiles, secrétariat d'examen, surveillance des salles, composition des jurys, etc.) ;
  • organiser la sécurité des supports de composition et leur éventuel transport vers les centres de correction.

Pour un détail précis des opérations, avant, pendant et après les épreuves, consulter la boite à outils.

Le chef d’établissement doit anticiper autant que possible toutes les difficultés qui pourraient survenir au moment des épreuves (retardataires, absences d'élèves ou de surveillants,  fraudes, défection de membres de jurys, oubli de matériel ou de convocation, etc.)  et prévoir les réponses à ces aléas.
Les procédures devront être écrites, claires et traçables.
Elles pourront éventuellement être testées lors "d’épreuves blanches".

Points particuliers

  • Pour les candidats pris en charge par un organisme de formation, les inscriptions au baccalauréat s'effectuent dans l'établissement de formation. À cette occasion, ne pas oublier le bénéfice de certaines notes obtenues lors de sessions précédentes.
  • Pour les candidats individuels ("candidats libres"), les inscriptions s'effectuent au niveau académique, auprès du service des examens du rectorat ou par internet. Consulter le site de l'académie de Nantes ;
  • la session de rattrapage du baccalauréat professionnel présente des modalités différentes du baccalauréat général et technologie (se référer au vadémécum académique).

L’organisation des épreuves du premier groupe

L'évaluation peut être organisée sous forme ponctuelle ou par contrôle en cours de formation (CCF) selon l’origine des candidats.  

Cinq catégories sont distinguées :

  • les candidats de la voie scolaire ;
  • les candidats de la voie de l'apprentissage ;
  • les candidats de la voie de la formation professionnelle continue ;
  • les candidats individuels ;
  • les candidats issus d’une Validation des Acquis de l'Expérience (VAE). Consulter la fiche VAE.

Les modalités de passation de ces épreuves sont fixées par l’arrêté du 17 juin 2020.

Les épreuves communes à l’ensemble des spécialités

L'examen comporte 7 épreuves obligatoires qui peuvent se décliner en sous-épreuves selon la spécialité.

Certaines de ces épreuves sont évaluées lors d’une épreuve ponctuelle en terminale, d’autres sont évaluées en CCF (Cf : article 4 de l’arrête du 17 juin 2020) :

  • français, histoire-géographie et enseignement moral et civique ;
  • économie-gestion ou économie-droit ;
  • Prévention santé et environnement ;
  • mathématiques et/ou physique-chimie ;
  • langue(s) vivante(s) ;
  • arts appliqués et cultures artistiques ;
  • éducation physique et sportive. L’évaluation de cette discipline obéit à des règles d’évaluation en CCF qui lui sont propres.

À chaque unité correspond un bloc de compétences et une épreuve ou sous-épreuve.
Les candidats titulaires d'un autre diplôme peuvent être dispensés d'une partie des unités.

Les épreuves facultatives

Les candidats peuvent aussi choisir de présenter des facultatives selon le règlement d’examen de la spécialité, évaluées en mode ponctuel terminal en langue vivante et/ou mobilité internationale.

Les épreuves de l’enseignement professionnel

L’évaluation des compétences professionnelles est organisée selon des modalités spécifiques à chaque spécialité.
Ces compétences sont acquises à la fois en établissement scolaire ou centre de formation (par apprentissage ou continue) et au contact direct du monde professionnel lors des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP), qui peuvent parfois se dérouler à l’étranger.
La durée des PFMP est de 18 à 22 semaines selon la spécialité qui se répartissent sur les trois années de formation. La répartition de ces périodes dans le calendrier scolaire au cours du cursus de formation est de la responsabilité des établissements scolaires, en fonction des contraintes pédagogiques et économiques locales. Les établissements peuvent aussi moduler le nombre de semaines de PFMP pour chaque année, dans le respect de la durée totale sur le cycle prévue pour chaque spécialité.

Sauf dans des cas très particuliers (par exemple : candidats libres, candidats du centre national d’études à distance-CNED), les compétences professionnelles font l’objet d’une évaluation en cours de formation. Les objectifs, modalités, formes et critères des évaluations certificatives sont précisés dans le règlement d'examen et définitions d'épreuves en annexe de l'arrêté définissant chaque spécialité de diplôme, y compris quand une ou des situations d'évaluation sont organisées en entreprise, notamment à l'occasion d'une PFMP. Dans ce cas, l'évaluation certificative est assurée par l'enseignant(e) de spécialité, conformément aux définitions d'épreuves annexées à l'arrêté de spécialité. La participation active des tuteurs et tutrices d'entreprise à l'évaluation conjointe des compétences doit être favorisée dans toute la mesure du possible, ce qui suppose qu'ils soient informés très en amont par l'enseignant(e) référent(e) des modalités et des critères de cette évaluation.

Consulter :

Le chef d’œuvre à partir de la session 2022

Le chef d'œuvre concerne uniquement les élèves et les apprentis. Son organisation est précisée par l’arrêté du 20 octobre 2020.
L'évaluation du chef d'œuvre consiste en une évaluation orale de 15 min comprenant une présentation et des questions devant une commission d'évaluation composée d'un professeur d'enseignement professionnel et d'enseignement général.
Pour les candidats présentant leurs épreuves en CCF, la note de chef d'œuvre est composée :

  • pour 50 % de la moyenne des notes afférentes au chef d’œuvre lors de son élaboration ;
  • pour 50 % des points obtenus à l’oral de présentation.

Les autres candidats sont intégralement évalués au cours de l'oral de présentation du chef d'œuvre.

Les épreuves orales du second groupe

Les modalités d’organisation sont précisées par l’arrêté du 18 février 2010 consolidé en 2019.

Pour les candidats ajournés, une épreuve orale de contrôle est prévue pour les candidats qui ont obtenu :

  • une note moyenne générale égale ou supérieure à 8 et inférieure à 10 sur 20 ;
  • et une note égale ou supérieure à 10 sur 20 à l'épreuve qui évalue la pratique professionnelle.

La note finale correspond à la moyenne entre l'oral de contrôle et la moyenne obtenue au premier groupe.

La réussite à l’examen et la poursuite d’études après le diplôme

Ce sont près de 50% des diplômés d’un baccalauréat professionnel qui poursuivent leurs études dans le supérieur. Cependant les formations étant plus ou moins sélectives, des incitations, voire des obligations sont mises en place pour faciliter cette poursuite d’études.

Ainsi dans le cadre de la plateforme Parcoursup, une politique volontariste encadre et encourage les bacheliers professionnels à postuler sur des places de brevet de technicien supérieur (BTS) et des aides diverses sont mises en place :

  • des tableaux de correspondance sont proposés par l’Office national d'information sur les enseignements et les professions (ONISEP) ;
  • les vœux de spécialités de BTS font l'objet d'un avis du conseil de classe au 2e trimestre (ou au 1er semestre). Les élèves ayant obtenu un avis favorable bénéficient d'un accès privilégié ;
  • l'obtention d'une mention "bien" ou "très bien" entraîne une admission de droit en BTS (cf. article D612-31 du code de l'éducation).

Consulter :
"Le devenir des bacheliers professionnels qui poursuivent des études" (pdf 310 Ko) publié par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP).

Textes officiels

Textes officiels en vigueur au 14 décembre 2020.

Le site Éduscol publie une page sur les textes de référence relatifs aux diplômes professionnels.

Nous en reprenons les principaux.

Code de l'éducation

Autres textes

Pour aller plus loin

Consulter :

Boite à outils

Trois fiches techniques permettent de comprendre l'organisation temporelle.

  1. Avant l'examen (pdf 240 Ko) ;
  2. Pendant l'examen (pdf 220 Ko) ;
  3. Après l'examen (pdf 140 Ko).

Cependant les spécificités du baccalauréat professionnel ne peuvent y être détaillées de façon exhaustive. Elles sont trop particulières à chaque examen.
Il convient de se référer aux directives des services des examens et de ne pas perdre de vue le rôle particulier et fondamental du directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques.

 

< Retour à l'accueil du Film annuel