Certificat d'aptitudes professionnelles (CAP)

Mis à jour le 08 janvier 2021

Le décret du 20 octobre 2020 entraîne la suppression du brevet d'études professionnelles (BEP). Certaines catégories de candidats pourront toutefois s'inscrire à la dernière session de 2021.
Consulter le site du service académique des examens et concours (SIEC).
Les CAP sont des diplômes de l'enseignement professionnel de niveau 3 (niveau V dans l'ancienne nomenclature) qui attestent d'une qualification propre à l'exercice d'un métier. Il existe environ 200 spécialités de CAP dans les secteurs industriels, commerciaux et des services. Chacune donne lieu à un règlement d’examen spécifique qui est maîtrisé par le directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques (DDFPT), conseiller incontournable du chef d’établissement en lycée professionnel.
Si la finalité première est l'insertion professionnelle il peut y avoir parfois une poursuite de formation post-CAP.

La fiche du film annuel

L'organisation des examens : une vigilance de tous les instants

L'organisation des examens est de la responsabilité du chef d'établissement. Celui-ci devient, pour cette occasion, le chef de centre et est investi de prérogatives particulières et ceci pour toutes les questions relatives aux épreuves et éventuellement les corrections qui se déroulent dans l'établissement scolaire.
Le chef de centre doit respecter et faire respecter un cadre, des règles et des délais rigoureux.

Nous rappelons ici les points essentiels :

  • effectuer un recueil des textes (se référer au vadémécum de l'académie ainsi qu'aux référentiels des filières). Cette action qui s’applique à tous les examens est ici d’autant plus importante au vu du nombre de spécialités qui entraînent des particularités de réglementation ;
  • réaliser un calendrier des opérations, concernant les modalités des examens préparés dans l'établissement (épreuves écrites, orales, pratiques et contrôle en cours de formation - CCF) ;
  • procéder à l'inscription des élèves, en se conformant aux dates et aux procédures. Une vigilance particulière doit être accordée aux élèves présentant des situations spécifiques (élèves à besoins particuliers, sportifs de haut niveau). Le bulletin officiel du 10 décembre 2020 donne des précisions pour les élèves en situation de handicap et en particulier il fournit les formulaires nationaux ;
  • prendre en main les applications nationales liées à l'organisation et à la passation des examens Consulter la fiche "Applications nationales liées à la scolarité" ;
  • convoquer ou diffuser les convocations des épreuves ponctuelles et  des CCF aux élèves  et aux professeurs concernés dans les délais impartis ;
  • prévoir l'organisation matérielle et humaine des épreuves (salles, commande des matériels et matériaux utiles, secrétariat d'examen, surveillance des salles, composition des jurys, etc.) ;
  • organiser la sécurité des supports de composition et leur éventuel transport vers les centres de correction.

Pour un détail précis des opérations liées aux examens, consulter la boite à outils.
Le chef d’établissement doit anticiper autant que possible toutes les difficultés qui pourraient survenir au moment des épreuves (retardataires, absences d'élèves ou de surveillants, fraudes, défection de membres de jurys, oubli de matériel ou de convocation, etc.)  et prévoir les réponses à ces aléas.
Les procédures devront être écrites, claires et traçables.
Elles pourront éventuellement être testées lors "d’épreuves blanches".

Point particulier

Les élèves et leur famille, souvent fragilisés, doivent être accompagnés en cas de besoin dans les différentes étapes liées aux examens.

L'organisation des épreuves de l'examen

L’organisation de l’examen est prévue par l’arrêté du 30 août 2019.

Les épreuves obligatoires de l’enseignement général

La liste et le coefficient des unités générales obligatoires communes aux différentes spécialités du certificat d'aptitude professionnelle sont fixés comme suit :

  • français et histoire-géographie-enseignement moral et civique : coefficient 3 :
  • mathématiques et physique-chimie : coefficient 2 ;
  • éducation physique et sportive : coefficient 1. L’évaluation de cette discipline obéit à des règles d’évaluation en CCF qui lui sont propres ;
  • prévention-santé-environnement : coefficient 1.

Les candidats ayant préparé le CAP par la voie scolaire dans des établissements d'enseignement public ou des établissements d'enseignement privés sous contrat, par l'apprentissage, dans des centres de formation d'apprentis habilités, ou dans le cadre de la formation professionnelle continue dans un établissement public sont évalués par contrôle en cours de formation pour les épreuves générales obligatoires.
Les autres candidats sont évalués sous forme ponctuelle pour les épreuves générales.

Points particuliers

  • Après avis de la commission professionnelle consultative compétente, une unité obligatoire de langue vivante étrangère, affectée du coefficient 1, peut être adjointe aux unités précitées ;
  • les candidats au certificat d'aptitude professionnelle autres que scolaires et apprentis peuvent demander à être dispensés de l'épreuve d'éducation physique et sportive.

Les épreuves facultatives

Les candidats peuvent bénéficier d’unités générales facultatives en langue vivante, arts appliqués et cultures artistiques et mobilité internationale.
Le cas échéant, le règlement particulier de chaque spécialité de certificat d'aptitude professionnelle précise la ou les deux unités générales facultatives que les candidats sont autorisés à présenter. Ces unités sont notées sur 20.
Conformément à l'article D337-16 du code de l'éducation, seuls les points au-dessus de 10 sont pris en compte pour le calcul de la moyenne générale.

Point particulier
Les candidats ne peuvent pas opter pour la langue qu'ils ont choisie ou qui est imposée pour l'épreuve obligatoire.

Les épreuves de l’enseignement professionnel

L’évaluation des compétences professionnelles est organisée selon les modalités prévues pour chaque spécialité.
Ces compétences sont acquises à la fois en établissement scolaire ou centre de formation (par apprentissage ou continue) et au contact direct du monde professionnel lors des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP), qui peuvent parfois se dérouler à l’étranger.
L'article D337-4 du code de l'éducation précise les modalités d’organisation de ces PFMP :

  • de 12 à 14 semaines selon la spécialité) ;
  • cinq semaines au minimum si le diplôme est préparé en un an.

Consulter sur le site du ministère les durées selon les spécialités ;
Consulter la fiche "Stages et périodes de formation en milieu professionnel".

Sauf dans des cas très particuliers (par exemple : candidats libres, candidats du centre national d’études à distance-CNED), les compétences professionnelles font l’objet d’une évaluation en cours de formation.
Les objectifs, modalités, formes et critères des évaluations certificatives sont précisés dans le règlement d'examen et définitions d'épreuves en annexe de l'arrêté définissant chaque spécialité de diplôme, y compris quand une ou des situations d'évaluation sont organisées en entreprise, notamment à l'occasion d'une PFMP.

Une nouvelle unité : le chef d'œuvre

L’organisation de cette épreuve est précisée dans l’article D337-3-1 du code de l’éducation.

  • Qui est concerné ?
    • Les élèves et apprentis des établissements d'enseignement publics ou sous contrat avec l'État et des CFA habilités à pratiquer le contrôle en cours de formation sont évalués au moyen de notes figurant au livret scolaire ou au livret de formation. La moyenne de ces notes constitue 50 % de la note globale attribuée au chef-d'œuvre, complétée à hauteur de 50 % des points obtenus à l'oral de présentation de celui-ci qui se tient dans l'établissement ou le centre de formation du candidat ;
    • les élèves et apprentis des établissements d'enseignement privés hors contrat et des centres d'apprentis non habilités à pratiquer le contrôle en cours de formation sont intégralement évalués au cours de l'oral de présentation du chef-d'œuvre.
  • Quand et comment ?
    L’oral, coefficient 1, a lieu à partir du mois de mai.
    Les candidats passent l'oral de présentation suivi de questions pour une durée globale de 10 minutes (5 minutes de présentation et 5 minutes de questions) devant une commission d'évaluation. Le candidat peut, pour appuyer son propos, prendre appui sur un support de 5 pages maximum qu'il apporte et peut utiliser librement lors de l'oral. Le support, en lui-même, n'est pas évalué et sa consultation ne peut être exigée par la commission d'évaluation. L’absence à l’épreuve orale de chef d’œuvre entraîne l’attribution de la note zéro.

De la préparation du diplôme à une éventuelle poursuite d’études

Dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle, les conditions de préparation se sont assouplies.
Différents publics peuvent se présenter au CAP :

  • ceux de la voie scolaire, dans les lycées professionnels ou établissements privés d'enseignement technique ;
  • ceux de la voie de l'apprentissage, dans les centres de formation d'apprentis publics ou privés ou les sections d'apprentissage d'établissements publics locaux d'enseignement et chez un maître d'apprentissage ;
  • ceux issus de la formation continue, destinée à des adultes déjà engagés dans la vie professionnelle ;
  • le public engagé dans une validation des acquis de l’expérience (VAE). Consulter la fiche VAE ;
  • toute personne âgée de plus de 18 ans peut se présenter à l'examen en candidat libre sans condition de formation, (selon son parcours de formation). Les épreuves sont alors ponctuelles et peuvent ne pas concerner toutes les unités prévues à l’examen.

La durée de préparation d’un CAP est variable selon le type de public (Cf :circulaire n° 2020-002 du 15 janvier 2020) :

  • en deux ans après la classe de troisième ;
  • en un an après un premier CAP ;
  • après une seconde professionnelle du bac professionnel, en accédant à la classe terminale du cycle de deux ans.

Après un CAP les diplômés qui ne souhaitent pas s’engager dans la vie active peuvent poursuivre leur parcours professionnel par :

  • des formations en un an permettant une adaptation à l'emploi : mention complémentaire (MC) ou formation complémentaire d'initiative locale (FCIL) ;
  • une admission en première professionnelle, sur demande de la famille et après avis du conseil de classe. L’élève prépare une spécialité de baccalauréat professionnel en cohérence avec celle du CAP obtenu ;
  • une préparation au brevet des métiers d'art (BMA) est envisageable, en fonction de la spécialité choisie.

Textes officiels

Textes officiels en vigueur au 11 décembre 2020.

Le site Éduscol publie une page sur les textes de référence relatifs aux diplômes professionnels.

Nous en reprenons les principaux.

Code de l'éducation

Code du travail

Autres textes

  • Décret n°2020-671 du 3 juin 2020 relatif aux modalités de délivrance des diplômes professionnels ;
  • décret n° 2019-14 du 8 janvier 2019 relatif au cadre national des certifications professionnelles ;
  • arrêté du 8 janvier 2019 fixant les critères associés aux niveaux de qualification du cadre national des certifications professionnelles ;
  • arrêté du 24 juillet 2015 fixant les conditions d'habilitation à mettre en œuvre le contrôle en cours de formation en vue de la délivrance du certificat d'aptitude professionnelle, du baccalauréat professionnel du brevet professionnel, de la mention complémentaire, du brevet des métiers d'art et du brevet de technicien supérieur ;
  • arrêté du 20 juillet 2015 relatif aux diplômes professionnels relevant des dispositions du code du travail relatives à l'utilisation des équipements de travail mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur ;
  • arrêté du 11 mai 2015 fixant les conditions et modalités de recours à des moyens de communication audiovisuelle pour la tenue à distance d'épreuves et de réunions de jurys du certificat d'aptitude professionnelle, du brevet d'études professionnelles, du brevet professionnel, du brevet des métiers d'art et des mentions complémentaires des niveaux V et IV ;
  • circulaire n°2020-002 du 15 janvier 2020 : mise en œuvre du certificat d'aptitude professionnelle en 1, 2, ou 3 ans ;
  • circulaire n° 2018-029 du 26 février 2018 (pdf 190 Ko) : éducation physique et sportive - évaluation de l'éducation physique et sportive aux examens du baccalauréat professionnel, du brevet des métiers d'art, du certificat d'aptitude professionnelle et du brevet d'études professionnelles ;
  • circulaire n° 2016-133 du 4 octobre 2016 (pdf 185 Ko) : CAP, baccalauréat professionnel et BTS (modalités de délivrance des attestations reconnaissant l'acquisition de blocs de compétences) ;
  • circulaire n° 2016-055 du 29 mars 2016 (pdf 230 Ko) : réussir l'entrée au lycée professionnel ;
  • circulaire n° 2011-072 du 3 mai 2011 (pdf 93 Ko) : conditions d'accès et de sortie des salles de composition et dispositions relatives aux fraudes (circulaire applicable aux examens de l'enseignement supérieur organisés par le recteur d'académie) ;
  • note de service du 10 novembre 2020 : calendrier 2021 du diplôme national du brevet, des baccalauréats, des certificats d'aptitude professionnelle, des brevets d'études professionnelles et du brevet de technicien ;
  • charte de déontologie du 4 avril 2012  (pdf 90 Ko) (cette charte s'adresse à tous les agents publics qui interviennent, à quelque niveau que ce soit, dans la conception des sujets ou l'organisation des examens terminaux, ainsi qu'aux membres des jurys) ;
  • charte nationale des examens du 15 janvier 2007 (cette charte et les textes cités portent essentiellement sur l'élaboration des sujets d'examens).

Pour aller plus loin

Boîte à outils

L'organisation temporelle : trois fiches techniques

À noter : la mise en place et l'organisation des épreuves pratiques relèvent du directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques, en liaison avec l'équipe de direction.

 

< Retour à l'accueil du Film annuel