Photo trois élèves avec des sacs à dos dans la cour d'un eple

Liaison inter-établissements : assurer la continuité des apprentissages et la fluidité des parcours

Mis à jour le 09 novembre 2020

Les liaisons entre le 1er et le 2nd degré et entre le collège et le lycée peuvent donner lieu à des difficultés. Difficultés scolaires pour les élèves, mais aussi pour le transfert de certaines informations utiles à la scolarité. Afin d'améliorer la fluidité des parcours et assurer une meilleure égalité d'information, les EPLE doivent entretenir des relations entre eux et avec les écoles en amont et les formations en aval.
Cette fluidité des parcours nécessite aussi de plus en plus des relations horizontales, entre établissements proches et/ou complémentaires, pour mutualiser les moyens, améliorer l'offre de formations et faciliter la poursuite de la scolarité.

La fiche du Film annuel

Les objectifs 

À destination des usagers

  • proposer une offre coordonnée et complète d'enseignements (options, langues "rares", spécialités, etc.) ;
  • faciliter l'accueil, l'information et l'accompagnement des élèves et des étudiants ;
  • assurer le suivi individualisé à l'aide d'outils de liaison, notamment le Livret Scolaire Unique - LSU ;
  • optimiser l'orientation des élèves (ex. : Folios. Consulter à ce sujet la fiche Orientation) ;
  • fournir des réponses aux situations de décrochage à travers les actions du réseau FOQUALE (formation-qualification-emploi), consulter la fiche Lutte contre le décrochage scolaire ;
  • accompagner les situations individuelles particulières liées aux problèmes de santé, de phobies scolaires, de handicap, etc.

À destination des personnels

  • assurer la continuité pédagogique dans la mise en place des apprentissages, notamment du socle commun de connaissances, de compétences et de culture ;
  • assurer le suivi de cohorte ;
  • croiser des exigences, permettre des échanges d'informations, de pratiques et la connaissance réciproque des programmes (rompre avec l'isolement) ;
  • harmoniser l'évaluation.

À destination de l'institution

  • favoriser la fluidité des parcours ;
  • favoriser la mise en réseau des établissements (éducation prioritaire, carte des formations, carte des langues et des options, lien avec l'enseignement supérieur, dans le cadre des conventions avec les EPCSCP - établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel, etc.), le plus souvent dans le cadre des bassins d'éducation et de formation ;
  • structurer plus efficacement les relations entre les établissements et leur environnement ;
  • mettre en place l'école du socle (école-collège) ;
  • mettre en place le conseil école-collège ainsi que les conseils de cycles (cycle 3 - CM1, CM2 et 6e  et cycle 4 - 5e, 4e et 3e) ;
  • évaluer les compétences de l'élève et l'aider à construire son parcours (collège-lycée-supérieur - parcours d'excellence et cordées de la réussite) ;
  • inscrire le parcours de l'élève de bac - 3 à bac +3 comme l'illustre l'exemple de l'académie de Dijon.
     

Les conditions de mise en place

Les indispensables

  • une équipe de pilotage (équipe de direction, professeurs principaux, conseillers principaux d'éducation, psychologues de l'éducation nationale, assistant(e) de service social, etc.) ;
  • une personne référente par établissement ;
  • un échéancier et un rétro-planning ;
  • l'inscription au projet d'école et au projet d'établissement, eux-mêmes inscrits dans la logique d'un projet de réseau ;
  • la participation des inspecteurs du 1er degré (copilotage du conseil école-collège), des inspecteurs du 2nd degré, des chefs d'établissement partenaires ou des services universitaires ;
  • un outil de suivi des cohortes ;
  • une évaluation du dispositif peut être réfléchie en conseil pédagogique.
     

Cadre de travail possible et exemples d'activités

Pour la liaison école-collège, l'action s'articule à partir des travaux du conseil école-collège composé à parité de personnels du premier et du second degré et co-présidé par l'inspecteur de l'éducation nationale de circonscription et le principal du collège ou son adjoint. Il se réunit au moins deux fois par an. Il prépare un plan annuel d'actions et en établit le bilan, qui sont présentés au conseil d'administration du collège et au conseil des écoles concernées.

Cependant il convient, en collège comme en lycée, d'impulser une action interne à l'établissement pour impliquer l'équipe éducative et favoriser sa participation :

  • concertation partagée entre les équipes pédagogiques des différents cycles ;
  • utilisation des Indemnités de Mission Particulière (IMP) et de l'Indemnité de Suivi et d'Orientation des élèves (ISO) en secondaire ;
  • mobilisation du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) : construction d'un parcours sur plusieurs cycles (primaire et secondaire), en fonction de l'âge des élèves ; formations conjointes de délégués élèves ;
  • travail en réseau (bassin, zone d'animation pédagogique - ZAP, etc.) et facilitation des actions et projets inter- degré (rencontres entre professeurs principaux de collèges et de lycées, entre professeurs de lycée et enseignants du supérieur ; élaboration de projets communs lycée/université ; formations d'initiative locale (FIL), etc. ;
  • élaboration du contrat d'objectifs scolaires dans le cadre du programme de réseau, qu'il soit REP+ ou REP ;
  • échanges de services d'enseignement entre professeurs volontaires (CM2/6e; cycle 3 et cycle 4/2nde) au service d'un projet partagé (action de liaison, projet scientifique, etc.) ;
  • recours aux cordées de la réussite ou autres conventions signées entre l'EPLE et les établissements publics à caractère scientifique, culturel ou professionnel (EPCSCP) ;
  • mise en réseau des établissements afin d'améliorer l'offre et la complémentarité des formations proposées sur un territoire. Par exemple, dans le cadre des Campus des Métiers et des Qualifications ou de la réforme du lycée général et technologique ;
  • mise en place des familles de métiers, dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle. En effet, un élève de seconde est quelquefois conduit à changer d'établissement pour poursuivre dans la filière souhaitée. Exemple : métiers de la gestion administrative, du transport et de la logistique."

Les modalités de mise en œuvre

Grâce à la mise en place d'un comité de pilotage, il est plus aisé d'élaborer une stratégie de liaison qui pourra s'appuyer sur :

  • des objectifs du réseau ;
  • des actions de formation ;
  • des projets en commun.

Il s'agira de privilégier des projets communs. Exemples d'actions de liaison : jumelages de classes, tutorat inter-cycles
classes transplantées, défis lecture, concours mathématiques, sorties ou voyages, compétitions sportives, devoirs-passerelles, projets sciences et technologie, environnement, citoyenneté, etc.

Pour les personnels

Des rencontres et des échanges (comités de liaison) peuvent être organisés entre les personnels d'encadrement et les enseignants des différents niveaux. Par exemple :

  • échanges à partir des résultats des évaluations de CM2, des éléments figurant au livret de compétences et de l'adaptation en 6e. Des échanges similaires peuvent maintenant être organisés grâce aux évaluations en classe de sixième et de seconde ;
  • échanges sur les programmes, cycles d'études, mise en place d'activités fédératrices, continuité des enseignements (mathématiques, langues, etc.), échanges de pratiques ;
  • harmonisation des évaluations des acquis et des compétences entre les différentes écoles primaires et le collège, ou entre les collèges et le lycée ;
  • transmission des bilans périodiques de 6e aux écoles d'origine, des bulletins de 2nde aux collèges, des bulletins des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et des sections de technicien supérieur (STS) aux lycées, et, plus généralement, remontée des informations concernant le devenir des élèves (passage, redoublement, sortie) ;
  • invitation des enseignants de CM2 et de 3e aux conseils de classes de 6e et de 2nde, même si cela peut présenter quelques difficultés ;
  • stages d'une demie à une journée dans un établissement d'un autre degré pour les enseignants (notamment dans le supérieur pour les enseignants de lycée) ;
  • continuité des évaluations dans le domaine du numérique, conçu comme un outil pour apprendre, des attestations scolaires de sécurité routière (ASSR), du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) ;
  • continuité des PPRE - Programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) et des objectifs du socle commun : par exemple, lorsqu'un élève n'a pas acquis la totalité des compétences du socle commun, le livret scolaire unique (LSU) est transmis à l'établissement d'accueil (collège, lycée), où un bilan personnalisé doit être effectué ;
  • dans le cadre des réseaux Formation Qualification Emploi, les établissements s'associent à la plateforme de suivi et d'appui aux jeunes décrocheurs pour les repérer et les accompagner ;
  • mise en place de formations inter-établissements pour les personnels ;
  • des liens sont possibles dans le cadre de dispositifs d'aide aux élèves (devoirs faits, stages de langues, stages de remise à niveau, etc.). Dans ces situations les enseignants du premier degré peuvent intervenir dans le second degré et réciproquement.
     

Pour les usagers

  • Accueil des élèves dans leur éventuel futur établissement :
    • accueil des élèves (CM2 au sein de leur futur collège ou collégiens de 4e / 3e en lycée professionnel /  lycée général et technologique), que ce soit en période scolaire ou dans le cadre de l'école ouverte ;
    • visites d'établissements, immersion de collégiens (mini-stages) dans des sections de lycée (essentiellement lycée des métiers) ;
    • découverte et immersion d'élèves dans les sections de l'enseignement supérieur ;
    • organisation de portes ouvertes ;
  • Information préalable dans le cadre de la préparation à l'orientation :
    • éducation à l'orientation en lycée, en poursuite du parcours Avenir ;
    • réunion d'information (sur le collège à l'intention des parents des futurs élèves de 6e, sur le lycée pour les 3e, sur le supérieur pour les terminales) ;
    • mise en place d'un forum des formations et débouchés ;
    • intervention d'anciens élèves ;
  • Accueil des élèves dans leur nouvel établissement :
    • journée d'accueil de rentrée réservée exclusivement aux élèves arrivant dans la structure ;

Textes officiels

Textes officiels en vigueur le 13 novembre 2019

 École - collège

Code de l'éducation

Autres textes

Collège - lycée

Code de l'éducation

Autres textes :

Lycée - lycée

Lycée - enseignement supérieur

  • Décret n° 2017-515 du 10 avril 2017 modifié portant expérimentation de modalités d'admission dans une section de techniciens supérieurs pour les titulaires d'un baccalauréat professionnel ;
  • arrêté du 10 avril 2017 modifié pris en application de la loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l'égalité et à la citoyenneté pour fixer les régions académiques dans lesquelles est conduite l'expérimentation  de modalités d'admission dans une section de techniciens supérieurs pour les titulaires d'un baccalauréat professionnel ; 

Pour aller plus loin

  École - collège 

Collège - lycée

Lycée - lycée

Lycée - enseignement supérieur

 Boîte à outils

Des exemples d'actions possibles et d'indicateurs : axe 3 sur les parcours de formation (pages 21 et 22) du projet académique - objectif 2015 de l'académie de Bordeaux (pdf 3,1 Mo).

Collège - lycée

Lycée - lycée

Lycée - enseignement supérieur

 

< Retour à l'accueil du Film annuel