Enseignants en conseil de classe

Pilotage pédagogique

Mis à jour le 10 janvier 2020

Les organisations humaines de collectifs au travail nécessitent de donner du sens aux activités professionnelles individuelles et des orientations communes.
Les EPLE gagnant en autonomie, cette dimension est devenue plus prégnante encore. L'expression consacrée de "pilotage pédagogique" du chef d'établissement, qui dépasse le management des équipes, s'inscrit dans l'affirmation des valeurs du service public d'éducation, doit s'appuyer sur une réflexion personnelle et des convictions affirmées. Il appartient alors au chef d'établissement de permettre aux équipes pédagogiques de "mettre en œuvre des projets innovants et d'impulser une véritable politique pédagogique au service de la réussite des élèves" (Christian Forestier).

La fiche du film annuel

Des convictions au service du pilotage pédagogique

Les chefs d'établissement conduisent des organisations dont la première mission, outre la transmission des connaissances, est de faire partager les valeurs de la République. Ils doivent aussi tisser des liens, réagir à des situations liées aux relations humaines qui interrogent en permanence leur éthique professionnelle.

Ce sont les valeurs de la République, la déontologie du fonctionnaire et la recherche de l'intérêt général qui permettent de donner du sens, de la cohérence aux actions conduites au sein de l'établissement.
Le chef d'établissement, imprégné de ces valeurs, se doit de les faire partager aux membres de la communauté éducative.
Piloter un établissement scolaire, c'est ainsi transmettre ces valeurs et ces principes.

Impulser et conduire la politique éducative de l'établissement se traduit aussi par des gestes professionnels permettant entre autres de :

  • donner une réelle visibilité sur l'exercice de la fonction ;
  • s'impliquer dans l'animation des équipes ;
  • favoriser la reconnaissance des mérites de chacun ;
  • rechercher les conditions d'un climat scolaire propice aux apprentissages ;
  • développer une culture d'établissement favorable à une intégration forte des dimensions éducatives dans les activités d'enseignement ;
  • répondre, grâce à un diagnostic pertinent, aux spécificités de l'EPLE.

Un pilotage réussi nécessite un équilibre subtil entre ces niveaux d'analyse et d'action.

Le pilotage pédagogique au service de la réussite des élèves

Le pilotage pédagogique peut être défini comme étant l'ensemble des actions visant à exercer une influence sur les pratiques et gestes professionnels que les enseignants adoptent dans le cadre de leur activité en conformité avec les orientations académiques qui elles-mêmes découlent du niveau national. Consulter la fiche projet d'établissement.

Le pilotage pédagogique recouvre donc l'ensemble des réflexions, actions et décisions qui ont trait aux interactions qui se nouent entre les élèves, les familles et les enseignants.

Mettre en place des dispositifs pédagogiques

Dans le respect des orientations ministérielles et académiques, le chef d'établissement doit, avec ses équipes, mettre en place tous les dispositifs prévus en vue de répondre aux besoins individuels des élèves.
Consulter à ce sujet ce que prévoit la Loi pour une école de la confiance :

  • réforme du lycée et des examens ;
  • réforme de la voie professionnelle ;
  • transformation des questions relatives à l'orientation ;
  • mise en place d'une école véritablement inclusive ;
  • etc.

Ces évolutions ne viennent pas percuter des dispositifs plus anciens de prise en charge des besoins individuels :

  • dispositifs d'accompagnement prévus par les règlements, destinés à favoriser la réussite de tous les élèves (accompagnement personnalisé - AP, accompagnement éducatif, devoirs faits, PPRE, stage passerelle, stage de remise à niveau, tutorat, etc.) ;
  • dispositifs pour les élèves à besoins particuliers (PAI, PAP, PPS, ULIS, etc.), dont la vocation est de garantir l'égalité des chances par l'intégration et la scolarisation de tous les élèves. Ces dispositifs sont présentés plus largement dans deux fiches spécifiques :
  • dispositifs relevant des possibilités d'innovation et d'expérimentation reconnues aux équipes pédagogiques depuis 2005.

Coordonner l'évaluation des élèves

Le chef d'établissement est le garant du bon déroulement de l'évaluation des élèves que celle-ci ait un objectif de formation ou de diplomation.
Lorsqu'elles poursuivent un objectif formatif, il doit veiller à ce que ces évaluations soient régulières, de nature à permettre les progrès des élèves et comprises par les élèves et leurs responsables légaux.
Consulter à ce sujet les ressources en ligne sur notre site.
Lorsqu'elles ont un objectif de diplomation, le chef d'établissement qui devient responsable de centre, engage tous les moyens et mobilise toutes les ressources utiles au bon déroulement des épreuves prévues par les différents examens.
Consulter à ce sujet la fiche spécifique de chaque diplôme.

L'évaluation des élèves (objectifs, méthodes, rythmes, critères, commentaires, etc.) constitue un objet d'échanges et d'études de premier plan avec les corps d'inspection et les enseignants.

Organiser le travail personnel de l'élève

Une réflexion est nécessaire sur l'articulation entre le travail en cours et celui qui est nécessaire en dehors des heures de cours. S'investir dans cette problématique c'est poursuivre une réflexion sur le partenariat avec d'autres intervenants (collectivités, associations, etc.) sur l'organisation du temps scolaire en lui-même, au travers des emplois du temps, et sur l'usage des temps hors scolarité (péri-scolaires et extra-scolaires).
L'emploi du temps des élèves doit permettre la mise en place du cadre légal (contenus disciplinaires et non disciplinaires) tout en l'adaptant au contexte local. L'organisation du temps scolaire est un acte éminemment pédagogique qui doit faire coexister des exigences complexes. Au collège, la mise en œuvre du dispositif "Devoirs faits" peut être l'occasion d'une telle réflexion.

Communiquer sur les études et enquêtes relatives à l'éducation

Un effort de veille vis à vis des travaux de recherche est indispensable afin d'agir, toujours avec les corps d'inspection, sur l'accompagnement des équipes enseignantes.

Le chef d'établissement doit, en particulier, susciter et faciliter les conditions du travail collectif des enseignants, dans le cadre notamment des conseils d'enseignement, du conseil pédagogique et de tous les moments d'échanges formels ou informels.
La construction, en lien avec les coordinateurs territoriaux, d'un plan local de formation participe à la mise en perspective des gestes professionnels au regard de ce que disent les sciences de l'éducation et facilite cette logique de questionnement des pratiques et des impacts sur les résultats des élèves.

Impulser l'usage du numérique au service de la pédagogie

Il est important de s'impliquer dans ce domaine (politique d'aménagement, de financement, de repérage de personnes ressources, d'essaimage des expérimentations, etc.). Le conseil pédagogique est compétent pour accompagner les équipes dans leurs usages pédagogiques du numérique (pdf 162 Ko).
Les délégations académiques au numérique sont des appuis ainsi que le référent au numérique éducatif de l'établissement.

Le cadre de mise en œuvre

Afin de garantir l'unicité du service public d'éducation et la mise en œuvre des objectifs nationaux, l'action du chef d'établissement s'inscrit dans le cadre des orientations des autorités de tutelle d'une part, et de l'autonomie des EPLE d'autre part, permettant ainsi la prise en compte dans la politique pédagogique et éducative des contraintes et atouts de chaque établissement au sein de son environnement.

Le cadre national

Les fondements d'une école juste, exigeante et inclusive sont définis par la  loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République. L'école doit en priorité poursuivre l'objectif d'élévation générale du niveau de connaissances, de compétences et de culture de tous les jeunes, de réduction des inégalités sociales et territoriales, de réduction du nombre de sorties sans qualification.
La loi n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance, qui met un fort accent sur le premier degré, prévoit aussi des dispositions nouvelles pour l'enseignement dans le second degré.

Le projet académique

Le projet académique fixe les priorités sur son territoire sur plusieurs années. Il précise les choix stratégiques qui contribuent à la réussite des élèves dans le cadre des missions définies par les différentes lois d'orientation et de programmation, et au regard des résultats et indicateurs de performance du système éducatif, de la population scolaire et des atouts ou contraintes des territoires concernés.

Le projet d'établissement

En cohérence avec le projet académique, le projet d'établissement, dans le cadre de l'autonomie, définit les choix pédagogiques et la politique éducative pour une durée comprise entre trois et cinq ans.

Consulter la fiche Projet d'établissement.

Il exprime l'engagement de la communauté éducative et garantit la cohérence de ses actions. En cela, le projet d'établissement montre la direction à suivre.

Le contrat d'objectifs

Le contrat d'objectifs est conclu entre l'EPLE, l'autorité académique et la collectivité territoriale de rattachement si elle le souhaite (contrat tripartite).

Il définit les objectifs à atteindre par l'établissement pour satisfaire aux orientations nationales et académiques, en lien avec le projet d'établissement, et mentionne les indicateurs qui permettent d'apprécier la réalisation de ces objectifs.

La lettre de mission du chef d'établissement

La lettre de mission du chef d'établissement, établie à partir d'un diagnostic partagé avec l'autorité académique, reprend à la fois des objectifs du projet d'établissement, du pilotage de l'EPLE et du projet académique. Outil de formalisation du lien entre les personnels de direction et l'autorité académique, elle détermine le cadre et les objectifs d'action des personnels de direction.

Les instances de dialogue et de prise de décision en matière pédagogique

Les instances réglementaires, au sein desquelles le conseil pédagogique joue ici un rôle majeur, sont des espaces de concertation, de proposition et/ou de décision selon les cas. Elles sont régies par des textes et il convient de les respecter scrupuleusement sur le fond et la forme.

Conseil d'administration et commission permanente

Consulter la fiche Conseil d'administration.

Le conseil d'administration et la commission permanente sont des instances de décision qui permettent la mise en œuvre de l'autonomie pédagogique à travers le projet d'établissement, le contrat d'objectifs, l'organisation des structures et du temps scolaire.

Conseil pédagogique

Consulter l'article R421-41-3 du code de l'éducation (compétences, consultation).

Le conseil pédagogique est une instance de concertation qui permet la coordination des enseignements et des activités scolaires comme par exemple les dispositifs d'aide, la notation et l'évaluation, les expérimentations, etc.

Conseil des délégués pour la vie lycéenne et conseil de vie collégienne

Consulter la fiche Conseils de la Vie Lycéenne (CVL) et collégienne (CVC).

Le CVL est une instance de concertation qui permet de consulter les élèves sur les principes généraux de l'organisation des études et du temps scolaire. Dans les collèges, le conseil de vie collégienne (CVC) et le conseil de cycle occupent une place centrale dans le pilotage pédagogique.

Équipes pédagogiques ou conseils d'enseignement

Consulter l'article R421-49 du code de l'éducation (équipes pédagogiques, concertation, projet d'établissement, suivi, évaluation des élèves, coordination).

Les conseils d'enseignement, constitués par classe ou par discipline, favorisent la concertation et les échanges sur les méthodes et les supports pédagogiques.

Conseil de classe et de cycle

Consulter la fiche Conseil de classe - conseil de cycle.

Le conseil de classe réunit l'ensemble des enseignants de la classe et traite de toutes les questions concernant la vie de la classe, à savoir : les réussites et les difficultés des élèves, le travail personnel en classe et à la maison, l'orientation, etc.
Le conseil de cycle a pour objectif d'évaluer à chaque fin de cycle (3 et 4) le degré de maîtrise des compétences du socle (progression, acquis et besoins).

Conseil école-collège

Consulter les articles L401-4 et D401-1 à 4 du code de l'éducation qui définissent la composition et les modalités de fonctionnement du conseil école-collège.

Afin d'améliorer la continuité entre l'école et le collège, un conseil réunissant des membres des écoles et collèges est mis en place et piloté par le chef d'établissement et l'inspecteur de l'éducation nationale du premier degré (IEN 1er degré). Un IA-IPR référent de l'établissement peut être associé à ce pilotage.

Conseil de perfectionnement

Les EPLE sont de plus en plus mobilisés sur des actions dans lesquelles le rôle du chef d'établissement est primordial. C'est le cas lorsque l'établissement est centre de formation par apprentissage puisque le chef d'établissement devient responsable pédagogique de la formation.

Les ressources  à mobiliser (humaines, financières, horaires, matérielles, etc.)

Ressources humaines

Le chef d'établissement conduit et anime la gestion de l'ensemble des ressources humaines. Il fixe les missions et formalise les délégations si nécessaire.

Les personnels enseignants sont les principaux acteurs pédagogiques de l'EPLE ; à titre individuel ou en équipe, ils contribuent à l'animation pédagogique. Le coordonnateur de discipline peut à cet égard jouer un rôle important. Des lettres de mission peuvent également être mises en place pour des fonctions spécifiques telles que la coordination et l'impulsion des usages numériques ou le projet culturel de l'établissement.

Le professeur principal, souvent associé au conseiller principal d'éducation, est amené à intervenir dans le champ pédagogique pour coordonner l'équipe de sa classe (devoirs, rythme, synthèse, etc.).

Dans la nécessaire construction d'un climat scolaire favorable aux apprentissages, on n'oubliera pas le rôle éducatif tenu par tous les personnels n'ayant pas de responsabilité pédagogique directe d'enseignement (surveillance, intendance, ATSS, personnels des collectivités, etc.). Un rappel régulier, une mention dans les missions confiées ou les fiches de postes peuvent remémorer ce rôle et cette responsabilité qui leur incombent, au même titre que tous les adultes de l'EPLE, en contribution au service public de l'éducation.

Dans le cadre de leurs missions d'accompagnement ou d'appui au chef d'établissement, les corps d'inspection peuvent être sollicités dans les EPLE ou dans les bassins de formation : assistance au conseil pédagogique, impulsion de nouvelles pratiques (évaluation par compétences, groupes en langues vivantes, travaux interdisciplinaires, etc.) à la demande du chef d'établissement.

Ressources financières

Dans le cadre de l'autonomie budgétaire, le service "activités pédagogiques" (AP) fait apparaître les choix de l'établissement dans ce domaine.

Consulter la fiche Le budget de l'EPLE, de sa préparation à son exécution.

La taxe d'apprentissage est une ressource complémentaire pour les établissements disposant de sections professionnelles ou technologiques. Consulter la fiche Contribution unique (CU) à la formation professionnelle et à l'alternance.

Ressources en heures d'enseignement et indemnités

La principale ressource horaire dont dispose le chef d'établissement dans le cadre de l'autonomie de l'EPLE est la dotation horaire globale (consulter la fiche Préparation de rentrée : prévisions DHG, TRM).

Elle permet d'opérer des choix pédagogiques pour la communauté éducative : organisation de la structure, du nombre d'élèves par classe, des groupes à effectifs réduits, des moyens pour l'accompagnement (personnalisé, au choix d'orientation, etc.), et de l'offre des enseignements optionnels.
Une fois la dotation horaire globale annuelle répartie, des heures supplémentaires effectives peuvent rémunérer des actions ponctuelles spécifiques.

L'indemnité pour missions particulières (IMP) permet de rémunérer diverses missions pédagogiques et éducatives qui ne relèvent pas du face à face pédagogique : tutorat, référent pour les usages pédagogiques numériques, référent culture et décrochage, etc.

Textes officiels

Texte officiels en vigueur au 10 janvier 2020 

Code de de l'éducation 

Autres textes

Pour aller plus loin

Boîte à outils

Exemples de documents :

Module d'autoformation

Plusieurs conférences et interviews abordant le thème du pilotage pédagogique en ligne sur notre site :

 

< Retour à l'accueil du Film annuel